Glissement de temps sur Mars

(titre original : Martian time-slip)

 

Roman paru dans la collection Ailleurs et Demain et chez Pocket (n 5218), traduit par Henry-Luc Planchat.

Au bord des célèbres canaux martiens, des colonies humaines s'efforcent de survivre. Dans un centre pour enfants anormaux, Manfred Steiner ne semble lui pas avoir conscience de ce quotidien, coupé du monde par son autisme. Mais ce qu'il voit est beaucoup plus effrayant et pas moins réel.

Des personnages pleins de mépris et de ressentiment, dont la haine suinte et est ressentie comme dans des accès de schizophrénie, effectuent un véritable voyage au cur de cette pathologie mentale. Les peurs si troublantes sont ici parfaitement restituées. Le dépérissement, thème qui sera ensuite repris dans Ubik, est en effet l'angoisse majeure, celle qui signifie la mort de toute action, de tout espoir. Si le décor scientifique est caduc, si l'assimilation effectuée entre état schizophrénique et autisme peut être remise en cause, ce roman n'en est pas moins une formidable fenêtre sur les angoisses du schizophrène face à un environnement devenu oppressant, dans le plus pur style de Dick.

 

Retour à la page Philip K. Dick

Retour au sommaire