Radio libre Albemuth

(titre original : Radio Free Albemuth)

 

Roman de Philip K. Dick paru dans la collection Présence du Futur (n444), traduit et introduit par Emmanuel Jouanne.

Ferris F. Fremont, FFF, 666, incarnation de Nixon, est au pouvoir aux Etats-Unis, et ses milices de volontaires s'assurent de la coopération des bons citoyens contre les rouges et la mystérieuse organisation Aramchek, en ayant recours à tout l'arsenal des méthodes totalitaires. Elles s'intéressent ainsi à deux anciens de Berkeley, l'écrivain subversif de science-fiction Philip K. Dick et son ami Nicholas Brady, qui reçoit la nuit des messages en provenance d'une mystérieuse entité divine et/ou extraterrestre, SIVA.

Dick se dédouble et dissémine des éléments de sa personnalité dans deux personnages, l'un (qui hérite du poste d'employé de maison de disques que Dick avait occupé plus jeune, mais qui a continué dans cette voie) victime d'une expérience paranormale, l'autre (qui conserve l'identité officielle de Dick) plus raisonnable, mais qui se prend au jeu et trouve des explications à son rythme habituel (<< Les théories, c'est comme les avions à l'aéroport international de L.A. : un toutes les minutes >>). Le paranoïa est soigneusement entretenue à tous les niveaux, chez les anticommunistes (secrètement à la solde de l'URSS), dans l'organisation fantasmée par FFF, chez les miliciens, comme chez leurs victimes. Cette paranoïa est exacerbée de façon désopilante dans la première partie avant de prendre corps ensuite tandis que l'on s'enfonce dans les délires mystiques de Nicholas Brady. La vérité était déjà ailleurs...

Radio Libre Albemuth est un roman publié de façon posthume : cette suite de Coulez mes larmes, dit le policier, initialement refusée par son éditeur, avait été par la suite modifiée pour devenir SIVA, premier volet de la "trilogie divine" de Dick.

A la lueur des méthodes de l'APA décrites dans ce livre, on savourera mieux le fait que Dick ait effectivement écrit au FBI à la suite du cambriolage dont il avait été victime.

 

Retour à la page Philip K. Dick

Retour au sommaire